livre de recettes

Livre de recettes : définition, utilisation en comptabilité

Comme toute entreprise, les auto-entrepreneurs doivent eux aussi tenir certains documents comptables. Ainsi, bien qu’ils bénéficient d’une comptabilité allégée, ces professionnels doivent tenir à jour un livre de recettes.

À quoi sert ce document ? Comment le tenir ? Libeo vous dit tout sur le livre de recettes en comptabilité.

Qu’est-ce qu’un livre de recettes ?

Le livre de recettes est un document comptable qui répertorie les recettes encaissées au cours d’un même exercice comptable de façon chronologique. Il détaille toutes les sommes perçues par le professionnel au cours de son activité. Pour un auto-entrepreneur, la tenue d'un livre de recettes offre de nombreux avantages :

  • Avoir une meilleure visibilité sur la situation financière de son entreprise ;

  • Suivre son chiffre d’affaires pour veiller au respect des plafonds de la micro-entreprise ;

  • Calculer le seuil de rentabilité de son activité ;

  • Et enfin, de réaliser la déclaration de son chiffre d’affaires plus facilement.

Ce document présente également un intérêt pour l’administration qui peut suivre votre activité et s’assurer que vous êtes dans la légalité, notamment au regard des règles fiscales en vigueur. Ce document comptable lui permet également de limiter le risque de fraude et de détecter les dissimulations d’entrées d’argent.

Le livre de recettes doit être conservé pour une période minimale de 10 ans. Les factures et les bons de commande doivent également être conservés pour que vous puissiez les présenter en cas de contrôle fiscal.

Quelles sont les entreprises qui doivent tenir un livre de recettes en comptabilité ?

Le livre de recettes doit être tenu par tous les micro-entrepreneurs qui sont soumis au régime fiscal micro-BIC ou micro-BNC. Le livre de recettes est LE document comptable que doivent obligatoirement tenir les micro-entrepreneurs. En effet, bien qu’ils bénéficient d’une comptabilité allégée, remplir un livre de recettes est une obligation légale, sous peine de sanction.

Un micro-entrepreneur qui ne se soumet pas à l’obligation de tenir son livre de recettes s’expose à des sanctions financières. Selon l’article L441-1 du Code de commerce, il encourt une amende pouvant aller jusqu'à de 75 000 €.

En tant qu'auto-entrepreneur, vous pouvez vous charger vous-même de la gestion de votre livre de recettes ou confier cette mission à un expert-comptable. Vous aurez ainsi la certitude que ce document sera correctement tenu et régulièrement mis à jour.

Bon à savoir : vous devrez également tenir un registre des achats et y indiquer vos décaissements, si vous exercez :

Comment tenir un livre de recettes en comptabilité ?

Si le micro-entrepreneur a l’obligation de remplir un livre de recettes et d’y renseigner certaines informations, il n’y a en revanche aucune forme particulière à respecter.

Quelles informations contient-il ?

En comptabilité, un livre de recettes est divisé en 6 colonnes. Il présente ainsi :

  • La date d’encaissement ;

  • La référence de la facture (son numéro notamment) ;

  • Le nom du client ;

  • La nature de la vente (la référence produit, ou l’indication de la prestation vendue par exemple) ;

  • Le montant de la vente ;

  • Le mode de règlement de la facture (espèces, virement, carte bancaire…).

Une même ligne correspond toujours à une même facture. Néanmoins, si vous exercez une activité mixte, vous devez ventiler votre chiffre d’affaires et le renseigner dans votre livre de recettes en fonction de sa nature (la prestation de service sur une ligne et la vente de marchandise sur une autre).

Libeo facilite la comptabilité

Il existe toutefois une exception à cette règle. En effet, si vous vendez un produit ou un service à des particuliers pour une somme inférieure à 76 €, vous pouvez regrouper l’ensemble des opérations réalisées au cours d’une même journée sur une seule et unique ligne.

Les informations doivent être reportées dans le livre tous les jours. Elles ne peuvent pas être modifiées a posteriori pour éviter toute tentative de fraude. De même, si vous omettez des informations ou que vous oubliez de tenir votre livre de recettes, vous vous exposez à des sanctions en cas de contrôle fiscal. En effet, vous risquez une amende de 15 € par mention inexacte ou manquante dans votre livre de recettes.

Bon à savoir : si vous exercez plusieurs activités différentes au sein de votre micro-entreprise, vous devez regrouper les bénéfices générés par ces deux activités dans un même livre de recettes, même si elles n’ont rien à voir l’une avec l’autre. Il faudra alors ventiler le chiffre d’affaires perçu en fonction de la nature de l’activité réalisée. Vous n’avez donc pas l’obligation de tenir un livre de recettes par activité.

Quelle forme doit-il prendre ?

Le livre de recettes peut prendre plusieurs formes. Vous pouvez le tenir :

  • Sous la forme d’un livre au format papier que vous trouverez dans le commerce ;

  • Grâce à des documents officiels téléchargés sur internet ;

  • De manière dématérialisée grâce à un logiciel de comptabilité adapté au statut particulier des micro-entrepreneurs.

La version papier augmente le risque d’erreurs de saisie. De plus, cette solution n’est pas adaptée si les flux financiers de votre entreprise sont importants. Avoir recours à la calculatrice et effectuer les calculs à la main augmente en effet le risque d’erreur.

Les documents officiels vous permettront d’être plus efficace dans la gestion de votre livre de recettes. Néanmoins, il faudra faire preuve de rigueur pour en assurer la mise à jour quotidienne.

Si vos recettes sont importantes et que vous avez peur de faire des erreurs, il est préférable d’adopter un logiciel de comptabilité. Efficace, cet outil vous permettra de faciliter la tenue de votre livre de recettes. Vous aurez également accès à un tableau de bord qui vous permettra de visualiser en un coup d’œil les bénéfices générés par votre activité.

Bon à savoir : si vous êtes micro-entrepreneur assujetti à la TVA, vous devez obligatoirement tenir votre livre de recettes sur un logiciel conforme à la loi antifraude.

Quelles sont les autres obligations du micro-entrepreneur ?

En plus de la tenue d’un livre de recettes, d’autres obligations comptables et fiscales incombent au micro-entrepreneur.

En effet, vous devez facturer vos clients lorsque vous réalisez une prestation ou une vente en respectant les règles afférentes. Chacune de vos factures doit ainsi comporter certaines mentions obligatoires comme :

Vous devez également déclarer votre chiffre d’affaires tous les mois ou tous les trimestres, selon les modalités choisies. Ces déclarations constituent l’étape préliminaire au paiement des cotisations sociales dont le taux dépend de votre activité. De même, le montant total des recettes encaissées à l’année doit être déclaré sur le formulaire n° 2042 C Pro de votre déclaration de revenus.

Bon à savoir : si votre chiffre d’affaires annuel dépasse la somme de 10 000 € pendant 2 années successives, vous avez l’obligation de détenir un compte bancaire dédié à votre activité professionnelle. Ce compte vous servira à réceptionner vos paiements, à réaliser des achats ou encore à obtenir un crédit au nom de votre entreprise.

Derniers articles blog