Gestion des talents dans l'expertise-comptable

7 min

Gestion des talents : l'automatisation comme levier de fidélisation

Les cabinets prévoient d’embaucher environ 300 000 collaborateurs d’ici 2030. Mais dans un secteur souffrant d’une image peu positive, difficile d'attirer les talents, en particulier lorsque les meilleurs candidats ont le choix entre plusieurs offres d'emploi. Pour attirer et garder les meilleurs talents, l'automatisation et l'utilisation d'outils digitaux collaboratifs entrent dans la composition des stratégies RH.

Grégoire Cléry

Grégoire CLÉRY • Libeo

Publié le | Mis à jour le

Pénurie de talents : pourquoi un tel manque d'attractivité ?

D’ici 2025, près de 30 000 postes seraient à pourvoir dans les métiers de l’expertise comptable selon l’étude 2022 de l’Observatoire des métiers de l’expertise comptable, du commissariat aux comptes et de l’audit (Omeca).

Autrefois synonyme d’ascenseur social, la profession d’expert-comptable souffre aujourd’hui d’un déficit d’attractivité. La « compta » est assimilée à un métier routinier, redondant, voire ennuyeux. L’environnement de travail peut être très difficile et stressant en raison des longues heures de travail, de la faible rémunération et de la pression excessive exercée par les clients et les partenaires, surtout pendant la saison fiscale.

Autre frein à l’attraction des candidats : l’image d’Épinal de l’expert-comptable « à l’ancienne », patron tout-puissant, commercial affable, mais manager toxique… Or, si le rôle de l’expert-comptable est central en cabinet, cet aspect pyramidal peut être un blocage à la réactivité, notamment dans la relation client.

À cela s’ajoute le décalage entre l’enseignement de la filière expertise comptable qui a trop peu évolué ces dernières années, et les mutations que connaissent les cabinets depuis plusieurs années.

On constate aussi un déficit d’attractivité pour les missions traditionnelles, comme l’explique Matthieu Cassan, consultant senior Fed Finance (cabinet de recrutement spécialisé dans les métiers de l’audit et la comptabilité) : « Les jeunes générations sont de moins en moins attirées par les métiers purement comptables. Elles préfèrent s’orienter vers du contrôle de gestion, de l’analyse des comptes, des marges, des coûts, etc. »

Autant de raisons qui font que les candidats délaissent les cabinets pour des carrières en entreprise, perçues comme plus attractives. Face à cette pénurie, qui freine la croissance des cabinets, les cabinets doivent réinventer leur stratégie RH pour redorer leur marque employeur.

checklist-ec-gestion-talents-2023

CHECKLIST

La gestion des talents au sein des cabinets d'expertise-comptable

Comment attirer et fidéliser les meilleurs talents au sein de votre cabinet grâce à la marque employeur.

Télécharger la checklist

Construction de la marque employeur et qualité de vie au travail

Les données RH de l’EC Digital Lab indiquent que 79 % des recruteurs estiment que le collaborateur est aujourd’hui en position de force sur le marché de l’emploi. Le faible taux de chômage dans le domaine permet aux professionnels de la comptabilité d’être plus sélectifs quant à leur lieu de travail.

Il est important, pour fidéliser les futurs collaborateurs, de créer une culture d’entreprise saine et rester compétitif en termes de qualité de vie au travail. On pense en premier lieu à l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, le développement du télétravail et la flexibilité des horaires, mais l’onboarding des candidats, l’expérience de travail, la culture d’entreprise et l’implication du cabinet dans des actions d’ordre social ou environnemental sont autant de pistes d’actions concrètes à explorer pour faciliter les recrutements. Au-delà du processus de recrutement en lui-même, c’est l’expérience offerte aux collaborateurs dans sa totalité qui fera la différence.

La nouvelle génération apprécie la transparence et les possibilités d’apprentissage. Les salariés veulent sentir qu’ils peuvent évoluer au sein du cabinet : ils recherchent donc des programmes de mentorat et de développement du leadership.

Mais surtout, ils veulent également avoir leur mot à dire sur les améliorations à apporter et sur la mise en œuvre de ces changements. Il y a donc un enjeu pour identifier les talents en cabinet ayant une appétence relationnelle ou des aptitudes uniques pour les faire monter en compétences. D’où l’intérêt d’élargir le champ de recherche et chercher des profils en dehors de la filière comptable : commerciaux, chefs de projet, ingénieurs, data analystes…

Webinar avec Grégoire Cléry (Libeo) et Stéphanie Laporte (OEC)

replay webinar

Comment proposer les missions de DAF externalisées à vos clients ?

Stéphanie Laporte, vice présidente du Club DAF externalisé (OEC) et Grégoire Cléry (Libeo) vous présentent les missions de DAF externalisé lors de ce webinaire !

Accédez au replay

Automatisation : l'outil le plus sous-évalué pour attirer et retenir les talents en cabinet comptable

Outre la rationalisation des processus comptables quotidiens et l’élimination des tâches manuelles redondantes, l’automatisation fournira également aux cabinets comptables un solide outil de fidélisation des collaborateurs.

Les équipes ont l’impression de contribuer au succès de l’entreprise

Les collaborateurs comptables veulent avoir l’impression de faire un travail important qui contribue au résultat net et à la croissance de l’entreprise. Grâce à l’automatisation et à l’utilisation croissante de la data, les collaborateurs peuvent voir que leurs efforts ont un impact direct sur la croissance du chiffre d’affaires ou la réduction des coûts de l’entreprise, ce qui leur donne le sentiment d’être des membres appréciés de l’équipe.

L’automatisation fait ce que les experts-comptables ne veulent plus faire

Les comptables souffrent de l’augmentation de leur charge de travail, ce qui se reflète dans leur processus de prise de décision. L’automatisation permet aux collaborateurs de se concentrer sur les missions à forte valeur ajoutée, plutôt que sur les missions traditionnelles de tenue de comptes et de déclarations.

Par exemple, de plus en plus de cabinets d’experts-comptables commencent à proposer de nouvelles prestations, notamment autour de la gestion des ressources humaines ou de la délégation des paiements fournisseurs ou de paie. Cette élargissement des prestations est rendu possible uniquement parce que les missions de tenue et de révision, qui représentent encore 70% des revenus des cabinets, sont de plus en plus automatisables.

Mais surtout : l'automatisation des outils et des processus leur permet d'éviter le scope creep, phénomène qui survient lorsque la portée d'un projet ou d'une tâche change au cours de son exécution.

Le rôle toujours plus croissant de la data

La data est plus que jamais au cœur des métiers de la comptabilité. Les cabinets doivent être en capacité de la collecter, l’analyser, la qualifier et la restituer de manière numérique. Face à ce constat, les cabinets adaptent leurs fiches de poste : data assistants, data scientists, ingénieurs ou encore consultants en système d’information viennent désormais enrichir le paysage de l’expertise-comptable.

Pour les nouveaux collaborateurs, c’est l’opportunité de monter en compétences sur des domaines, des logiciels et des processus qui vont, au fil des années, prendre de plus en plus de place dans leurs missions.

Rétention des collaborateurs : 5 types d’automatisation pour renforcer sa marque employeur

Bien plus que de simples outils de préparation des déclarations ou un système de tenue de livres, les logiciels de comptabilité ont évolué au fil des ans pour devenir un outil de Business Intelligence essentiel, couvrant un large champ de fonctionnalités : du suivi des commandes jusqu’à l’onboarding des nouveaux clients, en passant par l’analyse des flux de trésorerie et des tendances des ventes.

Cependant, toutes les formes d’automatisation ne se valent pas. Si certains automatismes allègent la charge de travail des comptables, d’autres peuvent en fait aggraver leur situation en leur ajoutant plus de travail et de stress à long terme. Il est donc important pour les cabinets de savoir quels processus automatiser, quelles automatisations ajouter à leurs pratiques et lesquels éviter à tout prix.

Voici cinq types d’automatisation que les comptables devraient envisager d’ajouter :

  1. Rappels automatiques aux clients en cas de retard de paiement.
  2. Collecte et saisie automatisées des écritures depuis les différentes pièces comptables (factures, bons de commande, devis, acomptes, etc.).
  3. Approbation et validation des factures en séquences.
  4. Systèmes automatisés de gestion des relations avec les clients (CRM) qui permettent de suivre les informations relatives aux clients.
  5. Remplissage automatique des champs des formulaires avec des informations sur les clients dans le cadre des procédures KYC.

Attractivité des cabinets : le défi de la facture électronique

En offrant une marque employeur attrayante, l’automatisation contribue également à la fidélisation et à la rétention des talents. La digitalisation des processus comptables va se renforcer avec l’obligation de passage à la facturation électronique et le préremplissage des déclarations de TVA.

Le manque d’automatisation va donc devenir un gros problème pour les cabinets comptables à horizon 2024. D’autant plus qu’au-delà du traitement comptable, la facture électronique va transformer en profondeur la manière dont les entreprises gèrent leur cycle d’achat et de vente et interagissent avec leurs experts-comptables.

Plus que jamais, les cabinets comptables vont devoir réaffirmer leur positionnement de conseiller privilégié du dirigeant. À commencer par le choix de leur plateforme de dématérialisation partenaire, qui devra non seulement être compatible avec les outils de l’entreprise, mais aussi avec ceux du cabinet.

Au niveau du choix de la plateforme, Stéphane Raynaud, expert-comptable, dirigeant du cabinet BBA et directeur de la publication de La Profession Comptable, souligne l’importance de l’interopérabilité entre les solutions : « La vraie différence se fera sur les fonctionnalités additionnelles, et le paiement est une fonctionnalité plus que nécessaire ».

délégation-paiement-EC

UNE NOUVELLE SOURCE DE REVENUS POUR VOTRE CABINET

Libeo vous permet de développer de nouvelles missions pour vos clients tout en profitant d’un modèle économique vertueux.

Essayer maintenant
facebookIcontwitterIconlinkedInIcon

Vous aimerez aussi

liasse fiscale 2022

Liasse fiscale 2024 : date limite de dépôt

La période fiscale 2024 bat son plein dans les cabinets comptable. Chaque année, la date limite de dépôt de la liasse fiscale change. Dans ce billet, vous découvrirez les dates limites de la liasse fiscale 2024 ainsi que le calendrier fiscal des entreprises.

3 min

comptabilité analytique

Comptabilité analytique : principes, objectifs et organisation

La comptabilité analytique est une pratique comptable qui aide les dirigeants, directeurs financiers et experts-comptables d'une entreprise à superviser, surveiller, analyser et contrôler leurs dépenses. Une comptabilité analytique correcte et précise aide l'entreprise à prendre des décisions efficaces.

13 min

charges constatées d'avance

Charges constatées d'avance (CCA) : définition et traitement comptable

Les charges payées d’avance sont des paiements effectués à l’avance pour des biens ou des services utilisés à l’avenir. Saviez-vous que, lorsqu’il s’agit de comptabiliser ces dépenses, nombre d’entre elles peuvent être comptabilisées selon différentes méthodes ? Voyons ce que sont les charges payées d’avance et comment elles sont comptabilisées.

7 min