valeur ajoutée

Qu’est-ce que la valeur ajoutée en gestion de trésorerie ?

Les entrepreneurs et les dirigeants d’entreprise s'appuient sur différents indicateurs financiers pour analyser la performance de leur entreprise, comme la valeur ajoutée. Cet ratio met en avant le niveau de richesse brute créée par l’entreprise grâce à son activité.

Qu’est-ce que la valeur ajoutée en gestion de trésorerie ? À quoi sert-elle ? Comment la calculer ? Libeo répond à l’ensemble de vos questions.

Qu’est-ce que la valeur ajoutée : définition

La valeur ajoutée est un Solde Intermédiaire de Gestion (SIG), au même titre que la marge commerciale, lExcédent Brut d’Exploitation ou encore le résultat exceptionnel. Elle est définie par l’INSEE comme étant la valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire.

En comptabilité, la valeur ajoutée constitue la différence entre la valeur finale d’un produit et la valeur des biens consommés lors de la production de ce produit. Elle représente donc le supplément de valeur qu’un acteur économique génère du fait de son l’activité.

Libeo facilite la gestion de trésorerie

Valeur ajoutée : exemple

Pour mieux comprendre, voici un exemple : pour préparer une pizza, un restaurant utilise de nombreux ingrédients (eau, farine, sel, condiments, produits laitiers, légumes, etc.). Le prix que paye le client pour consommer une pizza est bien supérieur au prix individuel de chaque ingrédient utilisé. En transformant chacun de ces éléments, le restaurateur crée de la valeur qui se traduit sur le plan financier par la notion de valeur ajoutée.

Vous l’avez compris, la valeur ajoutée exprime la différence entre le prix d’un produit ou d’un service et celui des ressources employées pour le produire. Elle n’intègre toutefois ni les frais de personnel, ni l’amortissement des moyens de production. Les ressources consommées prennent en compte les charges externes telles que les frais de télécommunication, d’envois postaux ou encore les loyers. Si l’usure du matériel est prise en compte, la valeur ajoutée est brute. Autrement, elle est nette.

Visible dans les comptes annuels, et plus précisément dans le compte de résultat, la valeur ajoutée est un indicateur à suivre par l’entreprise. Dans la mesure où elle représente la différence entre :

  • Le chiffre d’affaires que perçoit l’entreprise ;

  • Son coût de production.

Elle lui permet d’évaluer sa capacité à générer de la richesse grâce à son cycle de production. Cette information aide également l’entreprise à accroître la valeur qu’elle génère grâce à ses activités courantes.

Bon à savoir : si la valeur ajoutée est une valeur utilisée dans le cadre de l’entreprise, elle est aussi utilisée au niveau macro-économique. En effet, chaque pays additionne la valeur ajoutée produite par chacune de ses entreprises pour constituer son Produit Intérieur Brut (PIB).

À quoi sert la valeur ajoutée en gestion de trésorerie ?

À améliorer son modèle économique

La valeur ajoutée est un outil qui permet d’analyser la santé financière et la performance de l’entreprise. Plus précisément, sa capacité à créer de la richesse, et donc de générer des bénéfices. Elle aide l’organisation à piloter de manière efficace son activité, et notamment à améliorer son modèle économique et sa rentabilité.

La valeur ajoutée permet d’aller plus loin encore puisque grâce à elle, l’entreprise peut identifier les zones de chalandise dans lesquelles elle génère le plus de valeur. En effet, cet indicateur peut être calculé par typologie de produits ou par branche d’activité.

À se démarquer de ses concurrents

Cet indicateur financier est aussi utilisé par les entreprises pour se comparer aux autres organisations qui évoluent sur le même secteur. Elles peuvent ainsi comprendre quel est leur avantage concurrentiel par rapport aux autres entreprises. Attention, dans l’hypothèse où un entrepreneur souhaite reprendre une entreprise, la valeur ajoutée ne doit pas être le seul indicateur à analyser puisqu’il ne s’intéresse qu’à la richesse créée. En prenant en compte ce seul facteur, il n’aura aucune idée de la manière dont est répartie la richesse au sein même de l’entreprise.

À répartir les bénéfices

Lorsqu’elle est calculée, la valeur ajoutée est partagée entre tous les acteurs de l’entreprise qui ont contribué à la création de cette valeur. En effet, la valeur créée par l’entreprise lui permet de rémunérer les acteurs qui participent au bon fonctionnement de l’entreprise : salariés, apporteurs de capitaux (associés, actionnaires…), organismes financiers ou encore structures administratives. Le surplus généré contribue à l’enrichissement de l’entreprise.

Enfin, la valeur ajoutée est l’indicateur de base qui permet de calculer l’excédent brut d’exploitation. Elle est aussi utilisée pour calculer d’autres ratios financiers comme :

  • Le taux de valeur ajoutée.

  • Le taux de rendement des capitaux investis.

  • La productivité au travail.

Lire aussi : 14 ratios à suivre pour analyser la santé de votre entreprise

L’administration fiscale utilise également la valeur ajoutée pour calculer la Contribution sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE) qui dépassent le seuil de chiffre d’affaires correspondant.

Comment se calcule la valeur ajoutée ?

La valeur ajoutée d’une entreprise est établie pour une période spécifique. Elle est définie à partir de plusieurs éléments figurant au compte de résultat de l’entreprise :

  • Le chiffre d’affaires, c’est-à-dire les sommes encaissées par l’entreprise grâce aux ventes de ses produits/services.

  • Les consommations intermédiaires : elles correspondent aux valeurs des biens et des services consommés par l’entreprise dans le cadre de la production des biens et des services.

  • Les amortissements, c’est-à-dire l’usure des équipements dont dispose l’entreprise. Ils sont calculés en fonction du prix d’achat de chaque bien et de leur durée de vie.

En gestion de trésorerie, la valeur ajoutée peut se calculer à partir de deux formules de calcul.

2 méthodes de calcul possibles

Sur le plan comptable, la valeur ajoutée s’obtient à partir de deux formules de calcul distinctes. En effet, elle peut se calculer à partir de la marge commerciale ou du résultat net de l’entreprise.

Lorsque la valeur ajoutée est calculée à partir de la marge commerciale, la formule simplifiée à appliquer est la suivante :

Marge commerciale + Production de l’exercice — Consommations de l’exercice en provenance de tiers.

De manière plus détaillée, la valeur ajoutée est calculée comme suit :

Marge commerciale + Production de l’exercice — Achats d’approvisionnements — Frais accessoires d’achat d’approvisionnements + Rabais, remises et ristournes sur achats d’approvisionnements — Autres charges externes.

Lorsque la valeur ajoutée est calculée à partir du résultat net de l’entreprise, la formule à suivre est la suivante :

Résultat net + Charges exceptionnelles — Produits exceptionnelles + charges financières — Produits financiers + Autres charges — Autres produits + Charges de personnel + Impôts, taxes et versements assimilés + Dotations aux amortissements et aux provisions — Reprises sur amortissements et provisions + Impôt sur les bénéfices.

L’interprétation de la valeur ajoutée

Une fois calculée, la valeur ajoutée de l’entreprise doit être analysée puis interprétée.

Le résultat obtenu semble faible : cela peut signifier deux choses :

Concrètement, lorsqu’elle est trop faible, la valeur ajoutée est impactée par un manque d’activité, une marge trop faible ou un volume de dépenses trop important. Elle témoigne ainsi d’une mauvaise santé financière de l’entreprise. Pour y remédier, on peut commencer par revoir la méthode de production ou la politique tarifaire, notamment lorsque le montant du chiffre d’affaires réalisé est plus faible que la concurrence.

La valeur ajoutée de l’entreprise est élevée : c’est une bonne chose. Cela signifie que le cycle de production de l’entreprise est créateur de richesse. Si la valeur ajoutée est suffisamment importante, l’entreprise peut couvrir sans difficulté les salaires de son personnel, régler ses impôts ou encore effectuer les remboursements dus à ses partenaires financiers.

Bon à savoir : pour évaluer l’importance de sa valeur ajoutée, l’entreprise peut la comparer à celles des entreprises évoluant dans le même secteur d’activité.

CTA blog dépenses

Derniers articles blog