TPE-PME-covid-19

Webinar : Protégez votre TPE-PME pendant la crise du COVID-19

Libeo a fait appel à plusieurs experts juridiques et financiers afin de proposer dessolutions concrètes aux dirigeants et financiers face à la réduction d’activité due au Coronavirus.

Protégez votre TPE-PME pendant la crise du COVID-19 grâce à 6 actions rapides.

La décision de confinement a complètement chamboulé la vie d’une grande majorité d’entreprises. Les TPE/PME se retrouvent particulièrement exposées et doivent prendre des décisions efficaces afin de protéger leur activité et assurer leur pérennité.

Une série d’outils et dispositifs sont mis à disposition par l’Etat pour soutenir l’un des organes vitaux de l’économie nationale. Cependant, il est nécessaire de bien mesurer et comprendre les différentes solutions pour vivre au mieux cette crise  sanitaire aux conséquences économiques certaines.

6 ACTIONS RAPIDES POUR PROTÉGER VOTRE TPE-PME PENDANT LA CRISE DU COVID-19

Les intervenants du webinar :

Le webinar en replay

1. RECOURIR À L’ACTIVITÉ PARTIELLE

La mise en place du dispositif de « chômage partiel », est une possibilité offerte par la règlementation française afin de venir en aide aux entreprises en temps de crise.

Toutefois, cette disposition est soumise à certaines conditions. Vous devez notamment démontrer l’impact économique de la situation actuelle sur votre entreprise, en expliquant clairement les conséquences concrètes sur votre activité : télétravail impossible, difficulté d’approvisionnement, etc). Les demandes mentionnant seulement le COVID-19 ne seront pas retenues.

Ce qu’il faut savoir sur l’activité partielle :

  • Toute personne ne pouvant pas télétravailler, pourra être mise au “chômage partiel”.

  • Les salariés en chômage partiel percevront une indemnité compensatrice versée par leur employeur correspondant au minimum à 70 % de la rémunération brute, soit environ 80% du salaire net horaire.

  • Dans le cadre du chômage partiel, l’employeur est dans l’obligation d’assurer une rémunération équivalente à 70% de la rémunération brute du salarié. L’Etat remboursera les entreprises à hauteur de 70% du salaire brut des salariés pour tout salaire supérieur ou égal à 4,5 fois le SMIC.

  • L’employeur bénéficie également d’une allocation forfaitaire co-financée par l’Etat et l’Unédic. Les demandes doivent être déposées sur le portail dédié avant le placement effectif des salariés en activité partielle.

  • Le Gouvernement traitera prioritairement les demandes liées au COVID-19 et vise un délai de réponse de 48 heures étant donné l’urgence de la situation. Un nouveau décret simplifié sera bientôt disponible afin de faciliter le processus. En cas de refus, vous serez dans l’obligation de rémunérer vos salariés.

À noter également : les licenciements ne sont pas interdits mais devront être justifiés économiquement ou par l’invocation d’un cas de force majeure.

La mesure d’activité partielle est une mesure collective. Elle doit être égale entre les membres d’un même service ou d’une même catégorie de personnel. Il est donc tout à fait possible de dissocier les différentes équipes de votre entreprise. Cependant, cette mesure reste sous réserve d’une autorisation des autorités compétentes.

2. DÉCALER IMPÔTS, URSSAF ET AUTRES PRÉLÈVEMENTS

Ces mesures exceptionnelles autorisent le report du paiement des impôts directs. La TVA n’est ainsi pas concernée par ces mesures, car il s’agit d’un impôt indirect.

Concernant l’URSSAF :

  • La date d’échéance de paiement des cotisations salariales et patronales URSSAF pour l’échéance du 15 mars 2020 pourra être reportée jusqu’à 3 mois.

  • Consultez les démarches à suivre ici.

  • Pour les employeurs dont la date d’échéance intervient le 5 du mois, des informations leur seront communiquées ultérieurement, en vue de l’échéance du 5 avril 2020.

Cas particulier : les travailleurs indépendants peuvent recourir à une modulation de leur prélèvement à la source, sachant que les cotisations sociales du 20 mars ne seront pas prélevées.

3. PRÉVOIR UN PLAN DE TRÉSORERIE SUR 6 MOIS

La planification de vos finances dans ce contexte particulier est fondamentale. Il est donc essentiel de préparer un plan de trésorerie afin de déterminer les financements nécessaires à aller chercher durant cette période compliquée. C’est la première action à faire pour protéger votre TPE-PME pendant la crise.

Organisation de votre plan de trésorerie :

  • Encaissements : La solidarité entre PME pour le recouvrement de vos factures est essentielle, ne la négligez pas !

  • Décaissements : Préparez la fin d’année en cours, en incluant les effets de saisonnalité. Reportez toutes dépenses non-vitales, et évaluez avec vos partenaires l’importance des contrats à leur niveau.

  • Fonds de roulement : Mobilisez vos équipes et organisez-vous afin de discuter avec les banques des modalités de prêts ou possibilités d’aides ou financements disponibles. La BPI étant fortement mobilisée, contactez-la.

Ensuite, concentrez-vous sur l’organisation de vos finances. Réfléchissez et prévoyez le futur de votre activité ainsi que les répercussions sur votre chiffre d’affaires. Soyez pragmatique et faites confiance à vos clients. Privilégiez la discussion, et négociez au mieux le recouvrement de vos factures sans toutefois harceler vos clients.

Evaluez votre cycle de vente : de l’arrivée d’un prospect jusqu’au recouvrement de sa facture. Quels seront les impacts sur votre trésorerie ? Quelles actions peuvent être mises en place pour accélérer les recouvrements ? Soyez transparents et réalistes, une rentrée d’argent quasi-nulle sur les 2-3 mois à venir compromet l’avenir de votre entreprise.

4. NÉGOCIER SES ÉCHÉANCES AVEC SON BANQUIER

Prenez en compte vos échéances bancaires, et transformez les crédits de court-terme en prêt à moyen-terme auprès des banques. Contactez-les afin de demander le report de vos crédits qui vous garantissent à hauteur de 90% du prêt.

Deux manières de rééchelonner les échéances de vos crédits en cours :

  • Négociez de nouvelles lignes de crédit court-terme en prêt à moyen-terme, pouvant aller de 2 à 7 ans.

  • Demandez une suspension pouvant atteindre 6 mois des échéances de vos emprunts.

Par ailleurs, la BPI renforce son plan de soutien d’urgence et met à votre disposition deux outils : un numéro vert ☎️ 09 69 37 02 40, ainsi qu’un formulaire à remplir en ligne, qui reste à ce jour le meilleur dispositif pour solliciter une aide.

Il existe deux dispositifs dette du côté de la BPI pour vous aider à protéger votre TPE-PME pendant la crise:

  • Prêt atout : Effectuez un prêt auprès de votre banque; qui couvre la moitié de votre requête, et vous serez en droit de demander le reste à BPIFrance.

  • Prêt rebond : la demande est à remplir en ligne.

Consultez les aides proposées par Bpifrance ici

Cependant, toute entreprise considérée comme insolvable ne bénéficiera pas de l’aide de la BPI. Ces entreprises doivent faire appel à leurs actionnaires pour réinjecter des fonds avant de solliciter une intervention de la BPI.

5. PRIORISER LES FACTURES À PAYER

Assouplissement des modalités de paiement sur la crise :

  • Contactez votre bailleur pour lui demander le décalage des échéances de votre loyer.

  • S’il est lui-même redevable d’un crédit pour les murs et/ou le fonds de commerce, il peut à son tour contacter son établissement bancaire et négocier un report de ces échéances de crédit.

Vous pouvez faire appel à un Médiateur des entreprises qui interviendra en cas de différend avec vos clients ou partenaires, et vous aidera à prioriser les factures à payer. Ce service du gouvernement vient en aide aux Artisans, TPE, PME et ETI afin de résoudre gratuitement les éventuels litiges.

Le gouvernement a également mis en place des centres d’appels dédiés par région, n’hésitez pas à les contacter mais sachez que les services sont débordés mais sont mobilisés. Armez-vous de patience.

Notre conseil : Parmi vos factures à payer, priorisez autant que possible les artisans et les fournisseurs déjà fragilisés par les grèves de fin d’année : ils ont besoin de vous.

6. PROTÉGEZ VOS FINANCES PERSONNELLES

En plus de votre entreprise, vous devez penser à vous protéger personnellement :

  • Continuez de vous verser votre salaire ou vos honoraires.

  • Négociez vos échéances de prêt sur vos emprunts personnels.

L’objectif prioritaire est de maintenir les emplois. Les entreprises ont besoin de dirigeants en bonne santé morale et financière !

Les impacts économiques de la crise du COVID-19 vont se faire ressentir sur plusieurs mois. Souvenez-vous qu’il est important de vous protéger afin de vous préserver personnellement et professionnellement.

Les aides aux entreprises pendant la crise – Informations officielles

Pour aller plus loin :

Attention, les mesures changent régulièrement : Tenez-vous informés des mises à jour potentielles et nouvelles mesures d’aides qui peuvent vous aider à protéger votre TPE-PME pendant la crise.

CTA paiement