Comment faire le bilan fonctionnel

Comment faire le bilan fonctionnel de l'entreprise ?

Le bilan fonctionnel est établi à partir du bilan comptable de l’entreprise. Cette représentation du bilan reflète la relation qui existe entre les états financiers et l’analyse de l’activité, des flux de trésorerie et de la rentabilité d’une entreprise.

En ce sens, elle facilite l’analyse des opérations et de la capacité de gestion, ainsi que le partage de la responsabilité sociale. Voici les étapes à suivre pour créer cet état conformément aux principes comptables généralement reconnus (PCGR).

QU’EST-CE QU’UN BILAN FONCTIONNEL ?

Le bilan fonctionnel est une réorganisation de bilan comptable qui met en évidence les emplois et les ressources d'une entreprise, et non plus ses actifs et ses passifs. Les données brutes y sont réorganisées. Les emplois et les ressources sont classés par fonction pour permettre à l’entreprise de comprendre d’où vient son argent et comment il est utilisé. Voici les catégories d’états financiers :

  • Compte de résultat — enregistre les produits et les charges.

  • Tableau des flux de trésorerie —Il présente les mouvements de trésorerie.

  • Bilan — Documente l’actif, le passif et les capitaux propres.

  • État des bénéfices non répartis — Fournit des informations cumulatives sur les bénéfices non répartis au fil du temps.

  • État de l’évolution des capitaux propres — permet de suivre l’évolution du capital social, du capital versé, des bénéfices non répartis et des actions propres au fil du temps.

CTA blog dépenses

Le bilan fonctionnel se présente sous la forme d’un tableau divisé en deux colonnes et en plusieurs lignes permettant d’identifier l’origine de l’emploi ou de la ressource. En voici un exemple :

bilan-fonctionnel

À QUOI SERT LE BILAN FONCTIONNEL ?

Le bilan fonctionnel est utilisé par l’entreprise pour analyser sa structure, et donc sa santé, financière. Il présente les mêmes informations que le bilan comptable mais ordonnées en fonction de leur liquidité et de leur utilisation.

Ce document met en évidence quatre cycles :

  • Le cycle durable : les investissements durables et les financements stables

  • Le cycle d’exploitation : les stocks, les dettes liées à l’exploitation et les créances.

  • Le cycle hors exploitation : les dettes diverses et les créances.

  • Le cycle de trésorerie : les trésoreries active et passive.

En comparant les emplois et les ressources, l’entreprise peut mettre en évidence le montant net de sa trésorerie, et d’autres indicateurs comme le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement. L’objectif de ce document est de s’assurer que le modèle économique de l’entreprise est stableà. Le bilan fonctionnel lui permet également de calculer différents ratios financiers comme l’endettement net ou la liquidité générale.

Lire aussi : 14 ratios financiers pour surveiller la santé de votre entreprise

COMMENT FAIRE LE BILAN FONCTIONNEL ?

Le bilan fonctionnel d’une entreprise est réalisé à partir des données qui figurent dans son bilan comptable. Pour le construire, il faut procéder à différents aménagements et reclassements des cycles d'investissement, de financement et de trésorerie.

LES RECLASSEMENTS DU CYCLE D’INVESTISSEMENT

Le cycle d’investissement est une catégorie comprenant les actifs stables intégrés de manière durable à l’entreprise, tels que les immobilisations.

Plusieurs reclassements et réaménagements doivent être réalisés dans le cycle d’investissement pour faire le bilan fonctionnel, à savoir :

  • Ajouter aux emplois stables la valeur brute de l’ensemble des immobilisations figurant à l’actif du bilan comptable à l’exception des dépréciations et des amortissements.

  • Intégrer la valeur d’origine des immobilisations acquises grâce à un crédit-bail aux emplois stables du bilan fonctionnel.

  • Retirer les intérêts courus non échus sur prêts des immobilisations financières et les ajouter à l’actif circulant hors exploitation.

LES RECLASSEMENTS DU CYCLE DE FINANCEMENT

Le cycle de financement comprend toutes les ressources stables permettant de financer le cycle d’investissement et les besoins exprimés par l’entreprise pour son exploitation.

Pour aboutir à un bilan fonctionnel exploitable, il faut :

  • Ajouter les immobilisations obtenues grâce à un crédit-bail aux capitaux propres. Leurs valeurs résiduelles doivent toutefois figurer aux dettes financières stables.

  • Ajouter aux capitaux propres les provisions pour risques justifiées.

  • Ajouter aux dettes d’exploitation ou hors exploitation les provisions injustifiées.

  • Ajouter à la trésorerie passive les intérêts courus non échus sur prêts et les découverts bancaires.

LES RECLASSEMENTS DES CYCLES D’EXPLOITATION ET HORS EXPLOITATION

Le cycle d’exploitation contient toutes les opérations permettant à l’entreprise de réaliser sa production. Le cycle d’exploitation doit faire figurer :

  • Les stocks en cours.

  • Les créances d’exploitation (TVA déductible, avances versées…).

  • Les dettes d’exploitation (dettes de TVA, produits constatés d’avance…).

Le cycle hors exploitation intègre les créances diverses et notamment les dividendes. Ces derniers doivent être ajoutés au passif hors exploitation et retirés des capitaux propres.

LES RECLASSEMENTS DU CYCLE DE TRÉSORERIE

Deux réaménagements principaux doivent être réalisés au sein du cycle de trésorerie pour faire le bilan fonctionnel. En effet, il faut :

  • Ajouter les valeurs mobilières de placement cédées à la trésorerie active.

  • Ajouter les effets escomptés non échus à la trésorerie passive.

Lire aussi : Bilan fonctionnel Excel à télécharger : notre modèle

Quels sont les retraitements à faire pour passer du bilan financier au bilan fonctionnel ?

Le bilan fonctionnel est le reflet de la santé financière globale de l’entreprise. Pour s’assurer de l'exactitude de ses valeurs, on effectue des retraitements doivent pour qu’elles correspondent aux valeurs du bilan traditionnel. Le montant total des ajustements nécessaires dépendra de l’existence ou non d’éléments inhabituels. Sauf éléments inhabituels, seuls trois ajustements doivent effectués :

  1. Les charges à payer (le cas échéant) à ajouter aux bénéfices non répartis.

  2. Les éléments extraordinaires (s’il y en a) à ajouter aux bénéfices non répartis.

  3. Le goodwill (la différence entre l’actif net du bilan d’une entreprise et sa valeur de marché) doit être amorti sur sa durée de vie utile.

En cas de transactions ou des événements inhabituels, il peut y avoir plus que ces trois ajustements. Les transactions ou événements inhabituels peuvent inclure un gain ou une perte portant sur :

  1. La vente d’un actif

  2. La conversion de devises étrangères

  3. Des écritures comptables de regroupement d’entreprises

  4. Des changements de principes comptables.

  5. La banque

Lire aussi : Comment analyser et optimiser son bilan fonctionnel ?

COMMENT SAVOIR SI UN BILAN FONCTIONNEL EST BON ?

Le bilan fonctionnel doit être analysé pour évaluer l’équilibre financier de l’entreprise. Pour ce faire, on se concentre sur trois indicateurs :

  • Le fonds de roulement (FR).

  • Le besoin en fonds de roulement (BFR).

  • La trésorerie nette.

Quel que soit l’indicateur, il y a une règle à respecter coûte que coûte : les ressources stables doivent financer les emplois stables à minima.

LE FONDS DE ROULEMENT (FR)

Le fonds de roulement correspond à l’ensemble des ressources qui permettent à l’entreprise de financer son exploitation courante. Elle constitue la somme que l’entreprise met de côté pour répondre à d’éventuels problèmes financiers ou dépenses imprévues.

Il se calcule de la manière suivante :

Fonds de roulement = ressources stables — emplois stables.

Lorsque le FR est positif, l’entreprise peut se servir de ses ressources stables pour financer ses emplois stables. L’excédent dont elle dispose lui permet de financer son actif circulant. Plus il est élevé et plus l’entreprise peut faire face à d’éventuels imprévus. Un FR positif n’est pas toujours significatif d’une bonne gestion : il peut s’agir d’un manque d’investissement.

Lorsque le FR est négatif, l’entreprise ne peut pas financer ses investissements grâce à ses ressources stables. Elle doit alors trouver une solution pour se financer, soit grâce au découvert bancaire, soit en faisant un nouvel emprunt ou en réalisant une augmentation de capital.

LE BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT (BFR)

Savoir comment faire le bilan fonctionnel de son entreprise permet également de mettre en évidence son besoin en fonds de roulement. Le BFR représente le montant dont a besoin l’entreprise pour financer son exploitation courante le temps que ses clients règlent leurs factures. Il se calcule à partir de la formule suivante : BFR = actif circulant — passif circulant.

Lorsque le BFR est négatif, l’entreprise encaisse plus rapidement qu’elle ne règle ses factures. C’est un bon point pour sa trésorerie. À l’inverse, lorsqu’il est positif, l’entreprise doit financer le décalage de trésorerie grâce à son fonds de roulement ou en optimisant sa gestion commerciale.

LA TRÉSORERIE NETTE

La trésorerie nette correspond aux fonds dont dispose l’entreprise à un instant T. Pour connaître le montant de la trésorerie nette disponible, il faut déduire le BFR du fonds de roulement. Elle peut également correspondre à la différence entre la trésorerie active et la trésorerie passive.

Lorsque la trésorerie est positive, l’entreprise bénéficie d’une liquidité immédiate. Elle peut également être le résultat d’une mauvaise gestion. L’entreprise peut alors la placer pour faire fructifier l’excédent.

Lorsqu’elle est négative, le fonds de roulement net n’est pas suffisant pour compenser le besoin en fonds de roulement. L’entreprise doit faire appel à des découverts bancaires, ce qui engendre un déséquilibre financier et un risque de dépendance bancaire.

Il est indispensable de savoir comment faire le bilan fonctionnel et d’apprendre à l’analyser pour assurer la pérennité de son entreprise. Il s’agit en effet d’un outil particulièrement efficace pour évaluer la santé financière de l’entreprise et améliorer la gestion de sa trésorerie.

Témoignage client : David Moyal, fondateur des restaurants Miznon,

"Gérer mes factures fournisseurs n’a jamais été aussi simple ! Aussi bien en ce qui concerne ma vision de trésorerie en temps réel que l’état des finances des trois restaurants. Je recommande grandement Libeo !" Lire la suite

Libeo facilite la gestion de trésorerie

Derniers articles comptabilité