facturation EDI

Comment fonctionne la facturation EDI en entreprise ?

Un échange « sans papier ni personne », c’est ainsi que l’on pourrait définir le fonctionnement de la facturation EDI. Ce système d’Échange de Données Informatisé (EDI) repose sur un envoi entre ordinateurs, sans intervention humaine.

Déjà en place dans les services de l’administration fiscale, pour l’envoi et la réception des déclarations de revenus, l’EDI s’inscrit peu à peu dans les processus de dématérialisation comptable. Que dit la législation sur l’EDI ? Comment envoyer une facture en EDI ?

Qu’est-ce que le format EDI ?

L’Échange de données informatisé (EDI) se définit ainsi :

  • Un échange ordinateur à ordinateur de documents commerciaux (factures, bons de commande, etc.) ;

  • Dans un format électronique standard ;

  • Entre les partenaires commerciaux (une entreprise et ses fournisseurs par exemple).

Accounts payables FR

Payez et encaissez simplement

Votre temps est précieux, ne le passez pas sur vos factures. Centralisez, validez et payez vos factures fournisseurs de bout en bout, en quelques clics avec Libeo

Demander une démo

Très prisé des services de l’administration fiscale, ce format d’envoi est de plus en plus utilisé pour la facturation entre entreprises. L’ensemble des cycles de la facture depuis son édition jusqu’au traitement, sont entièrement dématérialisés. Autrement dit, aucune intervention manuelle n’est nécessaire. Les documents commerciaux sont directement échangés d’un ordinateur à l’autre, comme le montre le schéma ci-dessous :

Facturation EDI

Le format EDI participe au développement de la facturation électronique dans les entreprises. Il est déjà utilisé, notamment par les experts-comptables, pour l’envoi des déclarations de TVA, de CVAE, de CFE, d’IS et de liasses fiscales. Pour envoyer une déclaration de TVA par exemple, les entreprises passent par le mode EDI-TVA.

Le mode EDI est utilisé comme moyen de paiement pour certaines taxes, comme la TVA, la taxe foncière ou encore la taxe sur les salaires.

Obligation facture électronique : contrainte ou opportunité ?

Facturation EDI : que dit la loi ?

Au vu des enjeux que représente la facturation électronique, la mise en place des échanges au format EDI est très encadrée par la loi. Sa définition, ses normes et conditions d’application sont définies dans le BOFIP :

« Aux termes du 3° du VII de l’article 289 du CGI, les factures transmises par voie électronique qui se présentent sous la forme d’un message structuré selon une norme convenue entre les parties, permettant une lecture par ordinateur et pouvant être traité automatiquement et de manière univoque, constituent des factures d’origine, à condition de respecter des conditions fixées par décret. […]

La législation précise également que les entreprises qui veulent transmettre leurs factures au format EDI doivent mettre en place un système de télétransmission répondant à des normes équivalentes à celle “définie à l’article 2 de la recommandation 1994/820/CE de la Commission du 19 octobre 1994 concernant les aspects juridiques de l’échange de données informatisées”. Autrement dit, la procédure de télétransmission utilisée doit impérativement garantir l’authenticité de l’origine et l’intégrité des données.

Pour cela, la méthode la plus courante consiste à mettre en place une piste d’audit fiable, schématisée ci-dessous :

Piste d'audit fiable

Lire aussi : Piste d’audit fiable : la méthodologie pour les TPE/PME

Comment envoyer une facture au format EDI ?

La facturation EDI consiste à faire de l’EDI le mode d’envoi par défaut pour toutes les factures fournisseurs. Les entreprises et leurs partenaires commerciaux disposent de plusieurs formats de messages EDI pour l’envoi de documents via EDI : PDF, cXML, Factur-X, Odette, etc. Le plus connu reste EDIFACT, qui est utilisé pour l’échange de données électroniques intersectoriel.

Une facture EDI, par définition, est conçue pour répondre aux normes de ce mode d’envoi. Un envoi de facture au format EDI se déroule ainsi :

  • le programme de gestion de stock de l’émetteur (PGI ou ERP) édite la facture avec toutes les informations nécessaires ;

  • le convertisseur EDI convertit les données dans le format convenu du destinataire et les transmet ;

  • à réception, les données sont adaptées à la structure de données ERP du destinataire. Ce dernier va ensuite traiter directement la facture.

Bon à savoir : C’est un peu le même système que celui utilisé dans les pharmacies pour transmettre les données de cartes vitales, depuis les terminaux.

EDI

Quels sont les avantages de l’EDI ?

⇒ Gain de temps : l’EDI fiscal automatise et accélère le temps de traitement des factures. Les données tirées de l’application de gestion de stock de votre partenaire commercial peuvent être appelées via l’EDI, envoyées en quelques secondes et retraitées dans le système du destinataire.

⇒ Gain financier : entre les enveloppes, les timbres, les frais d’envoi et de réception… Le traitement d’une facture papier coûte en moyenne 14 € à l’entreprise.

⇒ Gain de sécurité : le traitement manuel des factures augmente les risques d’erreurs : de saisie, de paiement, de doublon, etc. Avec le format EDI, la saisie est automatique, les éventuelles sont plus rapidement détectées, et corrigées.

⇒ Facilite les échanges à l’international : étant basé sur entre les échanges entre les langages de programmation, le format EDI standard peut être lu et transmis par tous les protocoles de transport (du destinataire et de l’expéditeur).

Témoignage client : Arnaud Girod, associé chez Experts & Entreprendre parle de Libeo

Foire aux questions

Peut-on envoyer une facture électronique en PDF ?

Oui, le format PDF fait partie des formats acceptés pour l’envoi de facture électronique (EDI ou autre). L’avantage de ce format ? Il rend inexploitables les données d’une facture, et empêche toute altération du contenu des documents.

Qui peut envoyer une facture au format LEDES ?

LEDES est l’acronyme de LEGAL ELECTRONIC DATA EXCHANGE STANDARD. Un format standard utilisé par les cabinets d’avocats pour facturer leurs entreprises clientes.

Derniers articles factures