Optimiser son besoin en fond de roulement

Comment optimiser son besoin en fonds de roulement ?

Plusieurs éléments sont essentiels pour gérer au mieux votre entreprise, et l’optimisation de votre besoin en fonds de roulement en fait partie. Cet indicateur sert à quantifier le niveau minimal de trésorerie dont votre entreprise a en permanence besoin pour financer votre activité. Un besoin en fonds de roulement, ou BFR, doit impérativement être maîtrisé. Mais qu’est-ce que le BFR et quelles actions concrètes peut-on mener pour l’améliorer ?


Le besoin en fonds de roulement, qu’est-ce que c’est ?

Le besoin en fonds de roulement indique le besoin en financement de votre entreprise pour couvrir son cycle d’exploitation. En effet, une entreprise dégage un chiffre d’affaires, qu’elle utilise en partie pour couvrir les décaissements et honorer le paiement de ses charges fixes (salaires, loyer, abonnements, etc.).

Or, il existe souvent des décalages temporels entre les encaissements et décaissements d’une entreprise selon son secteur d’activité : 

Le BFR représente ainsi la trésorerie nécessaire à court terme pour limiter, et dans l’idéal effacer, ce décalage existant. C’est donc dans cette optique qu’il est intéressant pour une entreprise d’optimiser son BFR.

Pourquoi connaître son BFR ?

Connaître son BFR revient à connaître sa trésorerie disponible. Sans celle-ci, l’entreprise ne pourra pas :couvrir à temps ses charges d’exploitation, acheter ses matières premières ou tout autre élément nécessaire à la vente des produits finis. En somme, sans trésorerie, l’entreprise ne sera pas à même de créer de la richesse. Il est donc primordial pour la pérennité d’une entreprise de connaître et d’optimiser son besoin en fonds de roulement. Pour cela, on peut s’appuyer sur le bilan fonctionnel de l’entreprise, dont voici un schéma (simplifié) :

EmploisRessources
Emplois stables (immobilisations brutes, corporelles et incorporelles)Ressources stables (capitaux, dettes, amortissements, provisions)
Actifs circulants d'exploitation (stocks de marchandises, de produits finis, créances clients)Passif circulant d'exploitation (dettes fournisseurs, fiscales et sociales)
Actifs circulants hors exploitationPassif circulant hors exploitation
Trésorerie d'actifTrésorerie de passif

Le bilan fonctionnel met en lumière les différentes ressources de l’entreprise, ses dettes et ses créances. En comptabilité, c’est cet « état des lieux » qui permet de définir la différence entre les emplois (dépenses) et les ressources (trésorerie). L’objectif, une fois ce bilan établi, est de maintenir un équilibre financier,

 

Comment calculer son BFR ?

Une bonne optimisation du BFR implique tout d’abord de savoir calculer ce dernier. Toutes les entreprises calculent leur besoin en fonds de roulement de la même manière : il faut ajouter les créances à la valeur de la vente de vos stocks (bilan actif à court terme), puis soustraire les dettes que vous avez à payer (bilan passif à court terme). En simplifiant :

BFR = stock + créances – dettes

Besoin en Fonds de Roulement négatif

Si le BFR de votre entreprise est négatif, vous disposez d’une ressource de financement suffisante pour que votre activité continue. Cela signifie que votre cycle d’exploitation fonctionne bien et que votre entreprise est en bonne santé financière. En d’autres termes, cela implique que vous payez vos fournisseurs après avoir été rémunéré par vos clients, et l’optimisation de votre BFR n’est pas forcément votre première nécessité.

Besoin en fonds de roulement positif

Si du calcul de votre BFR ressort un résultat positif, cela montre un besoin à court terme en financement. Votre stock et vos créances clients sont supérieurs à vos dettes, c’est-à-dire que vous honorez les paiements de vos fournisseurs avant d’être payé par vos clients.

Un tel résultat n’implique pas forcément de lourdes conséquences, il sert justement à vous alerter quant au fonctionnement de votre entreprise et de son activité. Parfois, les conséquences entraînées peuvent être plus néfastes, par exemple cela peut vous conduire à avoir recours à des crédits coûteux ou à des découverts bancaires difficiles à combler.

Pour éviter de courir ce genre de risques, il existe plusieurs façons d’optimiser votre besoin en fonds de roulement.

Quels leviers d’action pour améliorer son besoin en fonds de roulement ?

Trois axes principaux peuvent être optimisés dans un but d’amélioration de votre BFR :

  1. Le stock ;
  2. Les créances clients ;
  3. La dette fournisseurs.

Optimisation du stock

Plus votre entreprise disposera d’un stock important, plus votre BFR sera impacté. Pour limiter cet impact, une gestion optimale des stocks sera nécessaire. Voici quelques pistes intéressantes pour parvenir à une meilleure gestion de vos stocks en fonction de votre activité et ainsi optimiser votre besoin en fonds de roulement :

  • Utiliser la méthode de travail à flux tendu pour produire selon la demande et réduire votre volume de stock dormant et votre coût de stockage ;
  • Réaliser régulièrement des inventaires pour ne pas surproduire ou suracheter des produits ou des matières premières ;
  • Réduire les délais de livraison et d’approvisionnement ;
  • Proposer des opérations commerciales pour écouler votre stock d’invendus : il est souvent plus judicieux de réduire sa marge temporairement plutôt que d’alourdir son BFR.

💡 Lire aussi : Cavistes, épiciers ; maîtrisez votre chaîne de l’approvisionnement grâce au digital

Réduction des créances clients

En ce qui concerne les créances, des processus spécifiques de facturation ou d’autres solutions financières peuvent être mis en place pour optimiser votre besoin en fonds de roulement.

Baisser les délais de paiement

Tout d’abord, vous pouvez instaurer des conditions générales de vente claires et précises concernant les délais de paiement de vos clients. Ensuite, vous pouvez vous renseigner sur la solvabilité de vos clients et sélectionner les meilleurs. Un acompte peut également être demandé à la commande pour pouvoir financer une partie de vos dettes fournisseurs. Enfin, mettre en place un suivi des factures clients permettra d’éviter les erreurs et oublis.

Mobiliser les créances

Contrat d’affacturage, mobilisation Dailly, escompte d’effets de commerce ou escompte de crédits documentaires peuvent être des solutions financières envisageables pour mobiliser vos créances, avec ou sans recours, et ainsi optimiser votre BFR.

Augmentation de la dette

Que ce soit une dette fournisseur, fiscale, sociale ou autre, il peut être intéressant pour le besoin en fonds de roulement d’une entreprise de l’augmenter.

Optimiser les dettes

Il est souvent possible pour une entreprise de négocier un délai de paiement plus long avec ses fournisseurs pour conserver une marge de manœuvre suffisante afin de pouvoir réaliser des opérations qui généreront de la valeur. Pour cela, il est tout à fait possible de refuser les règlements en avance ou encore de choisir des fournisseurs proposant des délais de livraison raisonnables et fiables.

L’action sur d’autres dettes peut également permettre d’optimiser son BFR :

Mettre en place des outils de gestion

Bien sûr, il est essentiel de réussir à optimiser son besoin en fonds de roulement sur la durée. Pour cela, l’entreprise doit suivre son activité et sa trésorerie précisément. Un tableau de suivi, un logiciel de gestion de trésorerie comme celui proposé par Libeo ou encore un logiciel de gestion des stocks peuvent être des solutions idéales pour maîtriser son activité.

Pour conclure, le BFR d’une entreprise permet de mieux gérer son activité. Cet indicateur permet de connaître la santé financière d’une entreprise à court terme. Plusieurs leviers d’actions peuvent être mis en place pour améliorer et optimiser son besoin en fonds de roulement. Enfin, des outils de gestion comme Libeo existent pour automatiser certaines parties du processus et faciliter le suivi de l’activité.

 

Foire aux questions

Quelle est la différence entre capitaux propres et capitaux permanents ?

Les capitaux propres constituent, avec les emprunts obligataires, le capital permanent d’une entreprise. Il s’agit de tout ce qui constitue les fonds propres d’une entreprise, autrement dit ce qu’elle possède « en propre », à savoir :

  • le capital social,
  • les réserves,
  • les provisions
  • les dividendes non distribués.

Ce sont ces ressources qui sont les capitaux permanents, avec les dettes financières.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin