optimiser gestion de trésorerie

Comment optimiser la gestion de trésorerie ?

Optimiser la gestion de sa trésorerie représente un véritable enjeu pour tous les entrepreneurs. Mal gérée, la trésorerie peut causer la perte d’une entreprise. À l’inverse, lorsqu’elle est saine, elle est un bon indice de succès. Comment optimiser la gestion de trésorerie pour mener son entreprise vers la réussite ? Voici quelques éléments de réponse à mettre en pratique dès aujourd’hui. 


Une trésorerie bien optimisée, qu’est-ce que c’est ? 

La trésorerie correspond à l’ensemble des sommes qui sont placées sur les comptes bancaires, ainsi que les fonds disponibles en caisse. C’est grâce à elle qu’une entreprise peut faire des achats ou embaucher des salariés par exemple. 

Le but d’une entreprise est d’atteindre l’équilibre financier. Lorsqu’elle a une bonne trésorerie, elle a l’assurance d’avoir des liquidités en quantité suffisante. Dans la réalité, les fonds sont souvent consommés et les entrées d’argent repoussées, ce qui induit un décalage de trésorerie. Ainsi une entreprise qui a énormément de commandes, mais pas suffisamment de liquidités peut être mise en cessation des paiements. L’objectif est donc d’augmenter la trésorerie et de bien en optimiser la gestion. 

Une bonne gestion de trésorerie est essentielle, a minima pour couvrir les charges d’exploitation et éviter une cessation des paiements ou la faillite.

Il faut être capable d’anticiper et d’avoir une vision stratégique à moyen et long terme pour trouver comment optimiser la gestion de trésorerie.

Optimiser la gestion de trésorerie : les bonnes pratiques à adopter

Établir un plan de trésorerie prévisionnel 

La règle numéro 1 est d’anticiper les flux financiers et leurs impacts sur la trésorerie. C’est exactement le rôle du plan de trésorerie prévisionnel

bilan fonctionnel

Prenant la forme d’un tableau indiquant les entrées et les sorties d’argent, il doit être refait tous les ans. Il inclut notamment :

  • Les charges d’exploitation,
  • La TVA déductible
  • Ou encore le paiement des impôts et des charges sociales. 

Voilà un exemple de tableau de flux de trésorerie :

ACTIVITÉN
Résultat net
Ajustements Résultats => Flux de trésorerie
+ Dotation aux amortissements
+ Dotation aux provisions
CAPACITÉ D'AUTOFINANCEMENT
Variation du BFR
2 290


4 500
- 500
6 290
- 5 500
= Flux de trésorerie de l'activité (A)740
- Acquisitions d'immobilisations corporelles / incorporelles
- Acquisitions d'entités (participation)
- Cession d'immobilisations corporelles / incorporelles
+ Cessions d'entités (participation)
- 7 500



500
= Flux de trésorerie de l'investissement (B)
+ Augmentation de capital
+ Emprunts souscrits
- Remboursement des emprunts
+/- variation des prêts réalisés par les actionnaires
- Dividendes versés
0
5 500
- 3100


- 200
= Flux de trésorerie du financement (C)2 200
Variation de trésorerie (A) + (B) + (C) = (D)
Trésorerie à l'ouverture
- 4 060
- 11 120
Trésorerie à la clôture (D) + (E) - 15 180

Entretenir de bons rapports avec son banquier

Il est important de communiquer régulièrement avec son banquier, de lui présenter son prévisionnel et d’être clair sur la situation financière de son entreprise. 

Si un découvert est constaté, le banquier pourra mettre en place des facilités de caisse bien plus facilement s’il a une bonne connaissance de votre dossier.

Repenser ses délais de paiement 

Vos clients outrepassent les délais de paiement : il faut régler le problème. Vous pouvez par exemple envoyer un courrier en recommandé pour relancer les mauvais payeurs

A contrario, vous pouvez également négocier les délais avec vos fournisseurs. Vous aurez ainsi plus de temps pour vous faire payer de vos clients sans que votre trésorerie ne soit impactée.

Anticiper la saisonnalité et les imprévus 

Certains secteurs professionnels constatent une saisonnalité sur leurs activités, comme le tourisme où l’activité est plus importante pendant les vacances. La trésorerie gonfle et dégonfle de manière cyclique. C’est une chose qu’il faut anticiper dans sa gestion de trésorerie. En choisissant une date de clôture d’exercice qui coïncide avec la fin du pic de saisonnalité. Dans le secteur du tourisme, cela amène la clôture d’exercice fin septembre / début octobre, au lieu du 31 décembre.

Il est également possible de geler une part des liquidités pour faire face à un imprévu conjoncturel. 

Optimiser ses stocks 

Les stocks sont directement liés à la trésorerie. Des stocks trop importants induisent une hausse du besoin en fonds de roulement. À l’inverse, des stocks trop faibles peuvent être le symbole de difficultés à faire face à la demande des clients. 

Pour optimiser ses stocks, il faut commander la même quantité de produit au même moment tous les mois/ans, si la rotation du stock est prévisible. Une autre méthode, efficace pour les produits périssables ou écoulés de manière irrégulière, consiste à passer de nouvelles commandes quand le stock atteint un seuil minimal critique.

Mettre en place des outils de suivi efficaces 

Comment optimiser la gestion de sa trésorerie ? En adoptant un outil de suivi efficace et régulier. La trésorerie n’est pas figée, c’est pourquoi il faut la piloter à l’aide d’indicateurs clés comme :

Comment gérer un excédent ou un déficit de trésorerie ?

Bien que toutes les bonnes pratiques aient été respectées, vous faites face à un déficit de trésorerie ? La première chose à faire est de contacter un expert-comptable qui pourra vous expliquer comment optimiser la gestion de votre trésorerie pour que ça n’arrive plus. Il vous proposera par exemple de supprimer certaines activités coûteuses ou de limiter les frais pour faire baisser vos charges d’exploitation. Il pourra également travailler sur un plan financier avec vous.

Une autre solution consiste à négocier auprès de votre banquier pour avoir un crédit de trésorerie, un prêt bancaire professionnel, une hausse du découvert autorisé ou une demande de facilité de caisse.

Vous pouvez également revoir votre business modèle pour optimiser votre organisation et privilégier les activités qui dégagent le plus de marge, changer de fournisseur ou élargir votre offre par exemple.

Vous faites face à un excédent de trésorerie ? C’est plutôt positif, car il s’agit d’un signe de bonne santé financière de votre entreprise. Néanmoins, laisser un excédent en sommeil n’est pas intéressant financièrement : il faut le placer. Vous pouvez par exemple sauvegarder vos liquidités ou les faire fructifier tout en les gardant disponibles à l’aide des SICAV monétaires, des dépôts à terme ou des billets de trésorerie.  

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin