coulage

4 min

Comment limiter le coulage en restauration ?

Comme tout secteur d’activité, la restauration possède des ratios financiers bien à elle, comme le ratio de coulage. Le ratio de coulage correspond au taux de matière première perdue ou volée. Dans la restauration, le coulage représente environ 2 % du chiffre d’affaires d’un établissement. Voyons comment réduire ce ratio.

QU'EST-CE QUE LE COULAGE ?

On parle de « coulage » en restauration pour exprimer le taux de marchandises et de matière première perdues ou volées. Il s’applique aussi bien à la nourriture et aux boissons qu’au matériel (vaisselles, mobilier). Ce ratio concerne uniquement les matières non périssables. Le ratio de coulage mesure l’impact de ces pertes/vols sur l’activité du restaurant.

Comment calculer le coulage ?

Pour calculer le taux de coulage, on divise le prix des pertes par le chiffre d’affaires :

Ratio de coulage = (prix de la perte)/CA

Prenons un exemple : un restaurant achète un lot de 500 assiettes. Lors de l’inventaire annuel, les comptes-rendus indiquent qu’il n’en reste plus que 490 (cassées, volées, perdues), le coulage est donc de 10 (les 10 assiettes manquantes pour arriver à 500).

CHR-checklist

CHECKLIST

RESTAURATION : 4 CONSEILS POUR GÉRER SA TRÉSORERIE

Lorsqu’on dirige un restaurant, les imprévus sont monnaie courante. Les transactions sont nombreuses, chaque fournisseur à ses propres habitudes et/ou contraintes. La clé pour vous en sortir ? L’anticipation.

Télécharger la checklist

À quoi est dû le coulage dans les restaurants ?

Comme beaucoup de commerces, les restaurants sont sujets au vol de marchandises (par les clients et parfois, les employés). Mais ce n’est pas tout : les produits en date courte non consommés, les denrées offertes en fin de service (café, verre d’alcool, etc.) ou consommées par le staff entrent dans le calcul du ratio de coulage.

Dans la restauration, le coulage résulte des motifs suivants :

  • Acte de négligence (perte, casse) ;

  • Vol ;

  • Denrées consommées pendant le service par le personnel (hors repas compris dans le contrat) ;

  • Produits offerts sans validation préalable du gérant ;

  • Erreur de commande ;

  • Problème de livraison.

Coulage et alcool : la tolérance de l’administration fiscale

Aucun gérant n’aime subir des vols et/ou des pertes dans son établissement. Malheureusement, le coulage est fréquent dans la restauration. Au point de faire l’objet d’une tolérance de l’administration fiscale si les pertes sont faibles. Pour les boissons par exemple, la marge de tolérance est fixée à :

  • 2 % pour les alcools ;

  • 10-20 % pour la bière ;

  • 10 % pour le champagne

Cette tolérance marquée pour les alcools s’explique par les pertes inévitables lors de la consommation et la conversation (fins de fûts et de bouteilles jetés, problème de pression, champagne perdu lors de l’ouverture, etc.). Quant aux softs (jus de fruits, sodas), qui peuvent être servis dans différents contenants (cannette, verre, petite bouteille, etc.), le ratio de coulage ne les prend pas en compte.

Les risques du coulage pour l’établissement

Le coulage en restauration peut avoir plusieurs conséquences plus ou moins graves : d’abord, il nuit à la bonne gestion des stocks, et complique l’inventaire. Secundo, il crée du gaspillage. Une ou deux bouteilles perdues, ce n’est rien, mais à l’échelle nationale, l’addition est salée. Chaque année, ce sont 10 millions de tonnes d’aliments consommables partent dans les poubelles des restaurants.

Mais surtout, le coulage fausse l’information comptable et fiscale de l’établissement. S’il dépasse la marge de 2 %, le chiffre d’affaires manquant peut être réintégré au résultat fiscal. C’est-à-dire que l’établissement perd son droit à la déduction fiscale (les réintégrations extra-comptables correspondent aux charges exclues du droit à déduction fiscale). Ergo, c’est toute l’assiette de calcul de l’impôt sur les sociétés (IS) qui est impactée. Même chose pour la TVA à payer. Si le ratio de coulage est trop élevé, il peut entraîner un rejet de comptabilité.

Pour toutes ces raisons, les gérants de restaurants ont tout intérêt à réduire le coulage de leur restaurant. C’est-à-dire de faire en sorte qu’il ne dépasse pas 2 % du CA de l’établissement. Voyons comment.

comment tenir la comptabilité d'un restaurant au quotidien ?

COMMENT LIMITER LE COULAGE DANS VOTRE RESTAURANT ?

Pour faire baisser le ratio de coulage dans votre établissement, vous vous devez d’agir sur deux fronts : l’humain (vos clients et votre personnel) et le digital (vos processus d’encaissement, d’inventaire, le cycle d’achat).

Sensibiliser vos employés et vos clients

Il n’est pas rare, dans les restaurants, d’offrir un « petit plus » aux clients réguliers, aux habitués, pour témoigner de sa reconnaissance. Au contraire, en cas d’erreur de commande ou d’incident pendant le service, on offre un verre ou un dessert aux clients insatisfaits. C’est courant dans la restauration, car les restaurateurs cherchent avant tout à fidéliser leurs clients.

Idem côté personnel (service et cuisine) : le gérant est tenu de fournir un repas à ses employés pendant le service, mais il n’est pas rare que ces derniers prennent en plus un petit encas ou café en cours de service. Toutes ces denrées mangées ou bues pendant les services en dehors du repas personnel ne sont généralement pas comptabilisées dans le logiciel de caisse et « gonflent » le coulage.

Comment y remédier ? Commencez par fournir des repas suffisamment copieux et variés à vos salariés pour qu’ils n’aient pas faim en cours de service. Définissez un ratio d’encas/boissons gratuits par personne et par jour. Mettez en place une politique de tolérance zéro pour les vols et communiquez dessus.

Enfermez vos denrées « précieuses » (alcools, biscuits, gâteaux, sucreries, etc.) dans un local à clé. Protégez votre établissement à l’aide de caméras de surveillance.

Bien paramétrer votre logiciel de caisse

Aujourd’hui, la quasi-totalité des établissements est équipée de logiciels de caisse. Très pratiques, ces outils intelligents sont conçus pour gérer l’ensemble des opérations en salle et en cuisine. Ils permettent au gérant d’analyser la ventilation des ventes (par produit, par mode de paiement, par famille) grâce au Ticket Z et au brouillard de caisse, ou encore de calculer leurs ratios.

Si vous utilisez un logiciel de caisse dans votre établissement, assurez-vous que seuls votre équipe d’encadrement et vous-même avez accès à certaines fonctionnalités réservées, comme :

  • l’annulation de ligne ;

  • les rajouts après édition de note ;

  • la réimpression des additions.

Enfin, sur le plan comptable, n’oubliez pas d’enregistrer tous les plats et « plus » offerts aux clients ou consommés par le staff dans votre logiciel.

Restaurateurs : Comment gérer la caisse en fin de journée ?

Bien réaliser son inventaire de caisse, chaque mois

L’inventaire permet au gérant de justifier le coulage dans son établissement, en contrôlant la cohérence du stock par rapport à l’activité du restaurant. Il s’agit de faire l’état des lieux des stocks à un moment donné pour faire des rapprochements entre :

  • les marchandises reçues ;

  • les marchandises consommées ;

  • les marchandises en stock.

Les inventaires concernent aussi bien :

  • les denrées alimentaires (périssables et non périssables),

  • les boissons (alcoolisées et softs),

  • la vaisselle, le linge de table (nappes et serviettes) et les produits d’entretien,

  • le mobilier (tables, chaises, frigos, etc.)

En comptant régulièrement vos stocks, avec une attention particulière pour certaines denrées (vins, champagne, etc.), vous réduisez le ratio de coulage.

Contrôler ses commandes et ses factures fournisseurs

Le coulage peut résulter d’un problème de commande ou/et de livraison. Entre les matières premières, les boissons, la vaisselle et le mobilier, les restaurateurs jonglent entre les commandes, les factures et les fournisseurs et les erreurs sont fréquentes. Une commande d’assiettes arrive cassée, des bouteilles manquent dans un carton, erreur de quantité sur la commande, mauvais bon de commande envoyé, etc. En plus d’augmenter le coulage, ces erreurs font perdre un temps précieux au gérant. Pour cela, nous vous conseillons d’automatiser la gestion des factures fournisseurs, en mettant en place un workflow de validation et de paiement des factures.

En vous libérant de la gestion des factures fournisseurs et leur export vers la comptabilité, les solutions SaaS comme Libeo vous permettent de vous concentrer sur l’essentiel : vos clients et votre établissement. Demandez dès aujourd’hui votre démo personnalisée pour découvrir tous les avantages de Libeo !

Accounts payables FR

Passez du temps en cuisine. Pas sur vos factures.

Au restaurant, Libeo est le choix du chef. En un clic, collectez, traitez, payez et encaissez toutes vos factures clients et fournisseurs !

Demander une démo

FOIRE AUX QUESTIONS

Comment calculer les ratios de restauration sur Excel ?

Il vous suffit d’entrer la formule de calcul correspondante dans votre tableur Excel, pour calculer directement vos ratios. Entrez les composantes du ratio dans des colonnes (une colonne CA, une colonne matières premières) et entrez ensuite la formule dans la cellule de résultat.

Pour obtenir la marge brute par exemple, on soustrait du CA le coût des matières premières et on divise le tout par le CA sur une période donnée. Il vous faudra donc réunir ces trois données dans des colonnes et inscrire la formule de précédée du signe « = ».

Quels sont les ratios en restauration rapide ?

Dans la restauration rapide, marquée par un fort turnover de clients et de personnel, certains ratios sont à suivre de très près. Des indicateurs précieux pour la santé de l’établissement :

Ratios restauration

Comment calculer le coût matière d’un plat ?

Le coût matière d’un plat représente le rapport entre le coût de la portion (ou plat) vendue sur le prix de vente. Il sert à mesurer les dépenses de matières premières alimentaires. On parle aussi de pourcentage du coût aliment (food cost). Exprimé en pourcentage, il correspond à une valeur théorique : la quantité de nourriture souhaitée dans une recette. On le calcule comme suit :

Pourcentage théorique de coût aliments = (Début Inventaire + Achats –  Fin Inventaire) ÷ Produits vendus

En moyenne, ce pourcentage se situe entre 25 % et 35 %.

Derniers articles restauration